Articles associés au mot clé : techniques

20 Avr.

Exposition INterfaces

exposition Interfaces

©PictYourCompany

 

Il y a tout juste un an, mon ami artiste-peintre Roch me demandait de rejoindre son projet d’exposition collaborative dans un lieu patrimonial de Chambéry.
Il tenait à ce que j’expose mon travail en tant que jeune designer tricot.
Je me suis alors tout de suite posée la question de ma légitimité à exposer mes modèles au milieu des œuvres d’artistes plasticiens.
Est-ce vraiment ma place ? Comment le tricot va-t-il être perçu parmi des œuvres d’art contemporaines ? Mon travail ne va-t-il pas être mal jugé ?
Or, Roch a su, à force d’arguments me convaincre que mon travail était selon ses mots « un art à part entière et que mes créations avaient totalement changé son regard sur le tricot ». Il tenait d’ailleurs particulièrement à reprendre le terme d’« arts de la maille ».
C’est alors avec un grand plaisir que j’accepte d’exposer mes prototypes de design de tricot lors de l’exposition/événement INterfaces du 27 avril au 5 mai à la Chapelle Vaugelas de Chambéry (73).

Le fait d'exposer dans une scénographie particulière mes modèles tricotés est l’occasion pour moi de mettre en avant le tricot comme un métier d’art à part entière.

Ce n’est pas facile d’expliquer à mon entourage que j’ai construit un projet entrepreneurial autour des arts de la maille. Très vite, certains préjugés sur le tricot reviennent. Le tricot est perçu avant tout comme une activité domestique de loisirs créatifs. Comment pourrais-je donc vivre de ce travail ?
Même au sein des personnes du troisième âge, les préjugés sont forts. J’ai entendu il n’y a pas si longtemps lors d’un tricothé : « Mais on ne peut pas faire du tricot son métier ! Personne n’acceptera de payer si cher pour avoir un tricot fait-main ! » ou alors « Le tricot ce n’est pas un métier, c’est juste du tricot… »
Petit à petit, au fil des discussions, je convaincs peu à peu les tricoteur.ses et les autres que c’est un art qui a bien évolué et que surtout une jeune génération s’y intéresse beaucoup. Que ces jeunes tricoteur.ses recherchent des modèles à tricoter modernes et aux techniques nouvelles auprès de créateurs indépendants.
Longtemps le tricot en France a été une pratique féminine et domestique. Contrairement à d’autres arts du fil, le tricot ne sortait pas de la maison. Et c’est surtout pour cette raison que le tricot est resté l’apanage des femmes au foyer. Par ailleurs, les matières utilisées étaient souvent mal appréciées : laine qui pique, acrylique rêche. Le modèle tricoté à la main était rarement associé à la mode chic et moderne.

Tout ceci a bien changé depuis le début des années 2000, notamment sous l’influence des designers indépendants des USA et du nord de l’Europe. Les créateurs ont adapté les techniques de tricot. Ils ont inventé des designs modernes et surtout réhabilité les fils à tricoter naturels haut-de-gamme (cf post "Les fils à tricoter") L’engouement pour la pratique du tricot est de plus en plus important.
En réalité, les nouveaux designers tricot n’ont pas inventé l’eau chaude. Ils se sont simplement réapproprié un patrimoine culturel des techniques de tricot au service de formes plus contemporaines. Le patrimoine mondial des arts de la maille est extrêmement riche. Il suffit de feuilleter les dictionnaires et encyclopédies des points de tricot du monde entier pour se rendre compte de tout ce savoir-faire qui a traversé les époques. Je serais alors très fière de pouvoir contribuer à mettre en valeur ce patrimoine culturel et d’utiliser toutes ces techniques pour réaliser des modèles au tricot chics et élégants et qui valorisent les arts de la maille.

Contrairement à d’autres métiers de la mode comme la couture, la broderie, la dentelle, le tissage… le tricot n’est pas reconnu comme métiers d’art par l’Institut National des Métiers d’Arts. Cela serait un beau pari de contribuer à le faire intégrer à la liste des métiers d’art, mais pour cela il demeure encore beaucoup de travail et de questions à résoudre, comme notamment celle de la formation professionnelle…

Définition Métiers d'Arts

2 commentaires partager
27 Jan.

Tricot à la continentale

Ill_Tricot_Continentale

Mais comment tricotes-tu? Tu tricotes à l'envers? Oh! mais c'est étrange cette façon de tricoter! Voici les questions qu'on me pose depuis que je me suis remise au tricot. Très surprise au départ et maintenant fière de pouvoir y répondre et expliquer ce que m'ont légué ma mère et ma grand-mère.

Ce n'est vraiment que lorsque j'ai commencé à partager les séances tricot avec mes amies ou autres congénères que j'ai découvert la particularité de ma façon de tricoter. En réalité rien de bien original.
Je tricote avec le fil sur l'index gauche (alors que je suis droitière)... pas de quoi en faire un billet me diriez-vous ;-)

Pour les tricoteu(r)ses expertes, je tricote à la continentale - ou à la suisse ou à l'allemande - Voici une petite vidéo de stipaetalpaga qui montre le geste.
J'ai donc découvert petit à petit qu'il y avait plusieurs techniques ou méthodes de tricot en fonction des pays d'origine des tricoteu(r)ses. En effet, certains tricotent à l'anglaise, à la française ou encore à la portugaise.
Sans compter le nombre de variantes pour tenir les aiguilles!

Pour illustrer la technique de tricot à la continentale, appelée aussi à l'allemande, une petite photo de la chancelière Angela Merkel en pleine séance, remarquez que le fil est bien sur l'index gauche ;-)

AngelaMerkel

Pour ma part, c'est ma mère qui m'a appris à tricoter de cette manière. elle-même ayant appris avec sa propre mère, ma babi (babishka en tchèque). C'est donc sûrement mes origines d'Europe centrale qui ont déterminé ma technique de tricot.
J'en suis très fière et heureuse de pouvoir en parler dès qu'on me fait la remarque sur ma manière de tenir les aiguilles. Ce sont dans ces moments que je suis convaincue de la force culturelle du tricot et de son pouvoir de créer du lien.

Maintenant il me paraît difficile d'imaginer tricoter autrement, parce que cette technique est trop inscrite dans mes habitudes et aussi parce que c'est une méthode très économe en gestes, ce qui permet de tricoter très vite. Enfin, je pense que c'est surtout par fierté de mon héritage familial ;-)

Aujourd’hui il m'arrive de transmettre à mon tour cette technique à mes amies tricoteu(r)ses. Ravie de pouvoir le faire et très admirative de les voir adopter de nouveaux gestes (pas toujours évident au début).

©SandrinePerez

©SandrinePerez

Et vous! si vous me racontiez votre façon de tenir les aiguilles... ou le crochet, bien sûr!

Enregistrer

0 commentaire partager